avertie

Il n’y aura peut-être pas que toi.

Je l’ai déjà éprouvée, cette fusion qui me persuada de son monopole des corps. Je l’ai déjà risquée aussi, cette appartenance exclusive, profondément persuadée de sa légitimité.
Quelques fois.

Fidèle, je ne serai qu’au chant de mon âme. 

Je ne saurais rien te promettre de plus, bien que je le désire aujourd’hui. Qui serais-je pour t’assurer de la constance de ce désir ? La vie bien souvent m’a imposée l’impermanence de ce que je présentais comme immuable.

Ces mots pourraient être les tiens, car toi aussi tu te nourris – comme toute vie – d’altérité, puisqu’elle n’existe que dans l’interaction avec son environnement. L’immobilisme ferait son oeuvre, destructive et impitoyable. Car pour vivre il faut naître, se séparer, briser la fusion qui fait du un à deux.

L’amour est réticent à la dépendance, il se nourrit d’individualité, d’aspirations individuelles, d’autonomie.

L’infidélité ne commence-t-elle pas ici ?

Je laisserai apparaître l’Autre – réel ou imaginaire – qui surgirait du manque, car c’est bien dans le manque que se prend l’élan de vie qu’est le désir.

Je ne te promettrai pas que tu ne manqueras de rien, ni que je saurai combler toutes tes absences, toutes tes carences ?
Et toi, le ferais-tu ?

Et si c’était justement la menace que cet Autre représente qui faisait l’expérience de l’amour ?

Réfléchissons bien alors aux promesses que nous allons nous faire, aux engagements que nous sommes prêts à prendre aujourd’hui afin que nous ne trahissions pas cette confiance qui nous honore, puisqu’il s’agit ici de cela, de fidélité qui signifie « foi » et de son dérivé « se fier ». Ni plus. Ni moins.

Et vous, dites-moi; où comment et où s’arrête… la fidélité ?

 

img_3864

Fresque – musée archéologique de Milan

 

 

Publicités

12 réflexions sur “avertie

  1. On est fidèle je pense tant que c’est aussi naturel que d’aimer. On est déjà infidèle quand on pousse le doigt dans une brèche, même si on n’élargit pas la fissure pour s’enfuir car dès lors on s’emprisonne soi-même dans un « voeu de fidélité » qui n’a plus sa raison d’être, et on emprisonne naturellement l’autre dans notre frustration à lui être ainsi fidèle. Si on doit rester marié-lié pour des raisons qui peuvent se comprendre, la fidélité consiste alors à ne pas rendre la vie de l’autre un enfer, de ne pas l’humilier, de ne pas se venger sur lui du désamour. Mais ce n’est pas infidèle que d’aimer ailleurs… On n’en peut rien.

    Aimé par 2 people

    1. La fidélité est une vertu personnelle qui possède autant d’alinéas que l’on a d’engagements humains. La limiter à une relation sentimentale est n’en avoir abordé que l’aspect social d’un statut conventionnel établi par d’autres.

      Aimé par 3 people

  2. Pour ma part, la fidélité est un désir d’engagement abstrait qui ne peut être ni quantifié ni vérifié hors de tout doute. Il s’appuie sur une confiance aveugle parce qu’il ne peut l’être autrement. Ça veut dire quoi au juste, être fidèle? Certains diront que c’est rester coeur et âme fidèle à une seule et unique personne. D’autres répondront que la fidélité est une affaire de conviction et de croyance. Il y en a même qui diront que la fidélité ne peut se réaliser qu’avec un chien! Bref, on peut vite constater que selon l’expérience de chacun, la fidélité est si variable dans sa définition qu’il peut y en avoir pour toutes les sauces! À nous de choisir celle qui nous convient le mieux. 😉

    Merci pour cette belle réflexion et bravo pour ton texte 😉

    LLP

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s